L’autocratie minimaliste

Connaissez-vous l’au­to­cra­tie mini­ma­liste ? C’est le nom du régime poli­tique en vigueur en Mongolie Maritime. Le prin­cipe en est fort simple : la per­sonne qui pos­sède la plus petite auto­mo­bile cir­cu­lant sur le ter­ri­toire maré­mon­gol accède illi­co pres­to – et manu mili­ta­ri s’il le faut – à la pré­si­dence du pays. Je l’ai appris à mes dépens cet été, pour avoir eu la mau­vaise idée de me rendre là-bas en voi­ture, alors qu’­ha­bi­tuel­le­ment j’y vais à pied.

Trois mois de pré­si­dence for­cée, croyez-m’en, cela n’a rien de réjouis­sant, sur­tout dans un pays où le pré­sident est consti­tu­tion­nel­le­ment contraint à l’i­nac­ti­vi­té com­plète. Trois mois per­dus à ne rien faire du tout, alors que tant de pas­sion­nantes inoc­cu­pa­tions m’at­ten­daient chez moi !

Finalement, c’est un brave tou­riste qui m’a, bien mal­gré lui, tiré de ce mau­vais pas, en arri­vant à Zûrich à bord d’une ado­rable Lambretta William, dans laquelle il avait par je ne sais quel pro­dige entas­sé famille et bagages.

Monsieur JACQUES