Photographie, lapin et droit

Je fais appel ici aux spé­cia­listes des ques­tions de droit, espé­rant qu’ils vou­dront bien m’ai­der à résoudre un déli­cat pro­blème.

Voici l’af­faire. Il y a quelques semaines, j’ai fait la connais­sance d’une char­mante per­sonne et, à mon grand éton­ne­ment, j’ai réus­si à la convaincre de poser pour moi. Nous avons conve­nu d’une pre­mière séance de prise de vues dans les vieux quar­tiers de Zûrich, et nous nous sommes don­né rendez-vous à la ter­rasse d’un café, place du Cheval Fou. Or, au jour et au lieu dits, après avoir atten­du pen­dant plus de deux heures dans la très incon­for­table posi­tion du poi­reau décon­fit, il a bien fal­lu que je me rende à l’é­vi­dence : mon joli modèle m’a­vait posé un lapin.

Pour m’é­par­gner le sen­ti­ment désa­gréable de m’être dépla­cé pour rien avec mon encom­brant maté­riel, j’ai fait ce que vous eus­siez peut-être fait à ma place : ni une ni deux, j’ai pho­to­gra­phié le lapin.

Ce sont ces cli­chés qui me posent pro­blème. Je les trouve plus qu’ac­cep­tables et désire les envoyer à un maga­zine de cuni­cu­li­cul­ture, en vue d’une éven­tuelle publi­ca­tion. Mais pour ce faire, dois-je sol­li­ci­ter une auto­ri­sa­tion, et le cas échéant, à qui faut-il la deman­der ? À la pro­prié­taire du lapin ? Au lapin lui-même ? Aux parents du lapin ?

À toutes fins utiles, sachez que la demoi­selle est majeure, mais que je ne connais pas l’âge du lapin. Merci par avance pour vos conseils avi­sés.

Bien cor­dia­le­ment.

Monsieur JACQUES